Appel pour une Suisse sans pauvreté

01.02.2023
En Suisse, 1,3 million de personnes sont pauvres ou menacées de l’être. Caritas a donc lancé un Appel au monde politique et économique avec six revendications concrètes.
 
Notre engagement pour une Suisse sans pauvreté entre dans une nouvelle phase. Caritas remet les six revendications de son « Appel pour une Suisse sans pauvreté » aux organisations et aux autorités qui, dans leurs domaines respectifs, peuvent apporter une contribution importante à l’éradication de la pauvreté en Suisse. Caritas relaie ainsi les demandes que plus de 7'000 personnes ont soutenues par leur signature.

La crise du coronavirus l'a rendu visible, le renchérissement actuel le confirme: en Suisse, de très nombreuses personnes vivent juste au-dessus du seuil de pauvreté. Si la situation devient tendue, elles se retrouvent très rapidement dans de très grandes difficultés. En Suisse, plus de 1,3 million de personnes sont touchées ou menacées par la pauvreté. Cette situation est inacceptable dans un pays aussi prospère que la Suisse.

Avec son Appel pour une Suisse sans pauvreté, Caritas veut faire bouger les choses concrètement. Il n'est pas acceptable qu'en cas de crise, tant de personnes soient en danger et qu'il faille se battre pour des mesures à court terme. Il faut s'attaquer aux causes structurelles de la pauvreté en Suisse. Pour cela, il faut des améliorations dans différents domaines, car la politique de lutte contre la pauvreté est une tâche transversale qui concerne toute la Suisse.

Quelles sont nos revendications et avec qui entrons-nous en dialogue pour faire avancer les solutions proposées dans notre Appel ? Découvrez-le dans notre vidéo. «Nous en sommes certains: une Suisse sans pauvreté est possible», déclare Monika Maire-Hefti, présidente de Caritas Suisse, sur la Place fédérale à Berne.

Vidéo : Appel pour une Suisse sans pauvreté
 
 
Salaires
En Suisse, beaucoup ne peuvent pas vivre de leur salaire. Nous demandons à l’Union patronale suisse de s’engager pour des salaires décents et des conditions de travail favorables aux familles.
 
Famille
Quand les parents ne peuvent pas travailler parce que les structures d’accueil manquent, la pauvreté menace toute la famille. Nous le demandons à l’ Association des communes suisses : il faut une prise en charge extrafamiliale de qualité et à prix abordable.
 
Subside de l’assurance-maladie
Les primes d’assurance-maladie explosent, les salaires ne suivent pas. Les familles risquent de s’endetter. Notre demande à l’Office fédéral de la santé publique : plus de #réductiondeprimes.
 
Prestations compémentaires
Trop peu d’argent pour vivre, malgré un salaire ou les allocations chômage. Cela arrive trop souvent. Notre message à la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales : les prestations complémentaires peuvent résoudre le problème.
 
Logement
Il faut plus de logements à prix abordable — parce que les coûts du logement dépassent de plus en plus souvent le budget des familles touchées par la pauvreté. Nous nous adressons à l’ Association Immobilier Suisse #Suissesanspauvreté
 
Formation
La formation continue est nécessaire, en particulier pour les personnes qui ne peuvent plus suivre l’évolution rapide du monde du travail. Notre dernière pièce du puzzle va à la Fédération suisse pour la formation continue qui lance une offensive très utile.