La caserne des Vernets réquisitionnée pour les sans-abri

19.03.2020
Comment le dispositif d'accueil pour les personnes en situation de grande précarité fait face au Coronavirus?
Le dispositif d’accueil pour les personnes sans-abri est mis à mal en ces temps de Covid-19. Les sleep-in et autres hébergements d’accueil temporaire de jour et de nuit ne sont pas adaptés et ne peuvent garantir à leurs bénéficiaires et aux professionnels les règles d’hygiène nécessaire, en raison de l’étroitesse des lieux et de la promiscuité qui y règne.

Les travailleurs sociaux se sont réunis dimanche avec les représentants de la Ville de Genève, en charge de cette problématique, pour agir vite. Tous les lieux d’hébergement d’urgence, indispensables pour les personnes en situation de grande précarité, ont dû réduire drastiquement leurs capacités d’accueil pour garantir la sécurité de leur public ; certains ont même dû fermer, étant dans l’incapacité de répondre aux normes sanitaires.

Une solution temporaire a été mise en place pour accueillir les personnes qui n’ont plus accès à ces lieux. La halle de gymnastique de l’école Geisendorf, désormais déserte, a été équipée de lits de camp, installés selon la distance recommandée. A Trembley, même scénario, deux halles de gymnastique ont été investies pour accueillir hommes et femmes sans-abri.

Le Collectif d’associations pour l’urgence sociale (CausE) a interpellé le Canton, mardi 17 mars, afin qu’il intervienne et prenne des mesures immédiates pour répondre à l’urgence sanitaire que l’on vit. Il a notamment demandé : réquisition de chambres d’hôtel, mise à disposition de matériel de protection (masques, gants et gel hydro-alcoolique), distribution de repas matin, midi et soir, accès à des douches et machines à laver.

Suite à l’interpellation du collectif et à l’intervention de l’état-major du Service d’incendie et de secours (SIS), la caserne des Vernets a été réquisitionnée pour accueillir les personnes sans-abri. Ce que CausE réclamait depuis longtemps a finalement été accordé. Ce dispositif sanitaire inédit ainsi que d’autres prestations devraient être mis en place dans les prochains jours.
Pour rappel, le collectif CausE avait obtenu en janvier dernier un sursis jusqu’à fin avril, pour plusieurs sleep-in menacés de fermeture en début d’année, en espérant trouvé d’ici-là une solution pérenne. Dans son interpellation, le collectif rappelle par ailleurs cette échéance au Conseil d’Etat. On demeure dans l’attente pour la suite.

Lire aussi l'article de la Tribune de Genève, 18 mars 2020 : Les sans-abri dorment dans les halles de gym des écoles désertées